Nouvelle-Zélande 2020 | J6 | Waitomo Caves –> Hobbiton –> Rotorua (partie 1)

C'est parti pour ce sixième jour en Nouvelle-Zélande avec, une fois de plus, un joli programme ! En effet, l'objectif de la journée sera la visite de Hobbiton, lieu étant apparu comme The Shire (ou La Comté pour les vilains amateurs de VF) dans les deux trilogies tolkienesques de Peter Jackson. Après ça, la route se poursuivra jusqu'à Rotorua, mon étape pour les quelques jours à suivre, connue comme le "Yellowstone de Nouvelle-Zélande".

Voilà ce que ça donne une fois tout ça placé sur une carte...

C'est cette fois un véritable bus Kiwi Experience (et pas un modèle de location asthmatique) qui nous attend sur le parking de l'hôtel. Contrairement au groupe avec qui je voyageais précédemment, ici le cliché de Kiwi Experience est bien respecté puisque ce sont des voyageurs à la moyenne d'âge plutôt jeune avec qui je partagerai cette étape.

Comme je vous l'ai déjà expliqué, la méthode de réservation d'activités de Kiwi Experience est un peu archaïque, avec des feuilles volantes qui passent à travers le bus. En l'occurence, celle pour réserver la visite de Hobbiton était passée dans le bus lors de l'étape Hot Water Beach --> Waitomo, mais je ne pouvais pas m'y inscrire vu que je restais une nuit de plus à Waitomo et ne serait donc pas avec le même groupe à Hobbiton. J'ai donc dû commencer cette journée en allant discuter avec notre nouveau chauffeur-guide pour savoir s'il restait une place pour m'inscrire en dernière minute à la visite d'Hobbiton du jour... heureusement, c'était le cas !

On démarre donc un peu avant 9h, direction... la randonnée Ruakuri Natural Tunnel. Oui, c'est la boucle que j'ai faite le jour d'avant. Rien de grave cependant, ça fait plaisir d'en refaire un tour et ça me permet de rencontrer au passage quelques personnes de ce nouveau groupe. Pas de nouvelles photos, j'avais déjà bien mitraillé la veille.

Après cette mise en jambe, nous voilà repartis jusqu'à Hobbiton, l'occasion de constater que le chauffeur-guide de ce bus est bien différent de celui qui m'a accompagné durant les deux premières étapes ! Celui-ci est ultra-enthousiaste et gère l'animation musicale d'une main de maître - cela dit, c'était agréable pour une étape, mais je ne sais pas si j'aurais aimé l'avoir pour tout le voyage, le karaoké ça suffit au bout d'un moment !

A peine sortis de la "banlieue" de Hamilton, on se retrouve sur des petites routes de campagne serpentant au milieu des collines verdoyantes et des moutons... On comprend très vite pourquoi c'est cette région qui a été choisie par Peter Jackson pour servir de décor à ses hobbits !

Vous aussi rien qu'à voir cette photo vous avez déjà le fameux morceau d'Howard Shore dans la tête ? Flûte alors (...), il ne vous Shore-tira plus de la tête de la journée !
[source : Google Street View]

De façon un peu surprenante, cette petite route finit par nous mener à un visitor center de ce qui doit être un des lieux touristiques les plus visités du pays.

Pourtant, c'était assez loin d'être parti pour être le cas ! La famille Alexander s'est installée ici en 1978 - rien de plus logique à ce que la famille Alexander s'installe proche de Hamilton d'ailleurs. 500 hectares, 300 vaches Angus, 13'000 moutons, bref, la classique exploitation agricole néo-zélandaise.

Mais voilà qu'en 1998 un hélicoptère survole la zone avec à son bord un certain Peter qui trouve que l'endroit a un air d'Angleterre des temps anciens et que ses collines seraient un écosystème idéal pour accueillir des hobbits... En plus il y a un lac, ce qui remplit exactement son cahier des charges. Mieux encore, aucune ligne électrique ou bâtiment ne gâche l'horizon.

En mars 1999 la métamorphose des lieux commence : réaménagement paysager, fabrication des décors et surtout construction de routes (avec l'aide de l'armée !), d'arrivées d'eau et d'alimentation en électricité, tout ça étant nécessaire à accueillir la monstrueuse machine qu'est une superproduction de cinéma. Le site a accueilli jusqu'a 400 personnes avec des dizaines et des dizaines de camions de matériel, des bâtiments de loges et un mini-zoo pour les animaux figurant dans le film.

Après la fin du tournage de la trilogie Lord of the Rings (puisque c'est bien du Seigneur des Anneaux dont on parle ici, pour ceux qui sont un peu long à la compréhension...), la plupart des décors, construits de façon provisoire principalement en polystyrène, ont été démontés. Ne restaient plus que les collines et les façades de 17 des 39 trous de Hobbits, simples parois de bois peintes en blanc, attirant néanmoins déjà un bon nombre de touristes.

Mais voilà que Peter Jackson se lance dans une deuxième trilogie, The Hobbit, et souhaite bien évidemment revenir tourner dans les environs de la ferme de la famille Alexander. Celle-ci flaire la bonne affaire et négocie avec la production du film pour reconstruire les décors dans des matériaux faits pour durer, afin de transformer les lieux en attraction touristique à la fin du tournage. La famille aurait payé elle-même la différence de prix par-rapport à ce qu'aurait coûté une construction provisoire. Quelque-chose me dit qu'ils ont bien fait et que les moutons-visiteurs leur rapportent aujourd'hui bien plus que les moutons qui sont dans leurs champs...

D'ailleurs le jour où j'y étais toutes les visites étaient complètes - heureusement que j'avais pu réserver via Kiwi Experience.

Depuis le parking / visitor center, le décor n'est absolument pas visible. Reste à visiter la boutique et le restaurant des lieux avant de pouvoir monter à bord d'un bus nous conduisant à travers les moutons jusqu'au lieu qui nous intéresse, tout en nous montrant pendant le voyage de petits clips de l'époque du tournage.

Et finalement...

I'm going on an adventure !

Après ce panneau devant lequel on sort du bus, on entre dans Hobbiton via le "Gandalf's Cutting", le fameux passage plutôt étroit creusé dans une colline où a lieu la séquence "I'm going on an adventure" dans la trilogie du Hobbit, mais aussi l'endroit où passe la charrette de Gandalf avec Frodo au début du premier des Lord of the Rings.

Dur de prendre l'endroit en photo avec tout notre groupe l'envahissant, du coup il y a qu'à se servir dans le film !

Je ne l'ai pas encore précisé, mais la visite des lieux est une visite guidée, se faisant par groupe de 20 à 30 personnes, ce qui ne rend pas forcément la prise de photos facile, les allées étant évidemment à taille de Hobbits et donc pas forcément propices à un entassement de visiteurs !

Cela dit, on a eu la chance d'avoir juste devant nous un groupe de touristes asiatiques, très clichés sur leur amour des clichés, puisqu'il fallait absolument que chaque membre du groupe se prenne en photo devant TOUS les décors. Résultat, ils avançaient super lentement et, arrivant derrière, ça a probablement laissé plus de temps à notre groupe pour admirer les lieux que lors d'une visite normale.

Le premier "quartier" de Hobbiton visité est celui du jardin, l'occasion pour notre guide de préciser que toutes les fleurs, plantes et légumes sont des vrais, entretenus par une belle équipe de jardiniers. Autre anecdote, le fait qu'un tiers des visiteurs des lieux n'ont jamais vu aucun film de l'univers de Tolkien. Etrange...

C'est donc là-dedans que ces fameuses créatures hobbitent ?

Certaines portes sont ouvertes, mais les trous ne sont pas visitables, puisque toutes les scènes intérieures ont bien évidemment été tournées en studio. Dans le meilleur des cas il y a juste la place pour qu'un comédien y attende d'ouvrir la porte et des décors sur quelques centimètres pour faire illusion. Seule exception, la demeure des Baggins, Bag End, où toute une équipe technique pouvait entrer et notamment se tenir derrières les fenêtres.

Comme vous le voyez, on était nombreux... Les résidents des lieux doivent être hobbitués depuis le temps !

L'entretien de la végétation et le soin porté aux détails (usure des surfaces en bois, accessoires, différences architecturales entre chaque trou de hobbit, etc.) est vraiment incroyable, les équipes ont fait du banc boulot !

Quand je vous dit que ça fourmille de détails, c'est vraiment le cas, et on ne s'y hobbitue pas !

A signaler que tous les trous n'ont pas la même échelle. Certains ont vraiment la "taille hobbit" alors que d'autres ont des dimensions permettant de jouer avec la perspective et de faire croire que les acteurs humains sont de taille hobbit.

Pour continuer le tour de l'étang, il va falloir étang-dre que le groupe asiatique devant nous finisse de prendre chaque centimètre carré de buisson en photo... Tout là haut, sous le seul faux arbre des lieux, vous l'aurez deviné : Bag End (ou Cul-de-Sac si vous préférez) !

A propos de l'étang, celui-ci contenait des grenouilles tellement bruyantes qu’elles ont dû être déplacées pendant le tournage... mais qu’elles ont réussi à revenir par elles-mêmes à leur habitat d’origine quelques jours plus tard !

Deuxième jaune (pardon, zone) visitée, celle des habitations entourant l'étang.

A voir la collection d'outils, on peut en conclure que ce hobbit a le jardinage pour hobby(t).

Certains aiment aussi le foot, mais ils n'apprécient pas jouer des matchs entiers, non, leur truc à eux c'est les tirs-hobbit.

Ce jeu de mots était très mauvais, mais j'en ai encore plein du même acobbit !

A première vue, on a envie de croire que le hobbit résidant dans ce trou est bûcheron, mais n'oubliez pas que l'hobbit ne fait pas le moine !

C'est le moment d'entamer la montée de la colline...

Alors que tout le reste du village a été reconstruit à l'identique entre les deux trilogies, quelques trous ont été rajoutés sur le côté de cette colline pour The Hobbit (il y en avait "que" 39 pour Lord of the Rings alors qu'il y en a 44 actuellement).

Il paraît qu'un jour un groupe de Français ne voulait pas payer si cher pour faire la visite. L'un d'entre eux a alors déclaré : "Mes amis, Frodon !".

Mais, grâce à cette vue panoramique, Gandalf le Gris en flagrant délit...

Fâché, il aurait alors demandé à ce qu'on coupe l'hobbit au voyageur resquilleur (ouais, je trouve que j'ai quand même attendu super longtemps avant de placer un jeu de mots en-dessous de la ceinture...)

J'arrête de raconter des conneries le temps de jouer au touriste et de prendre la traditionnelle photo souvenir...


<-- Article précédent  |  Retour au sommaire  |  Article suivant -->

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *