Nouvelle-Zélande 2020 | J4 | Hot Water Beach –> Karangahake Gorge –> Waitomo Caves (partie 4)

Le toboggan franchi, qu'est-ce qu'il nous reste à voir dans cette grotte ? Encore quelques glowworms, évidemment, tout ça alors que l'on se trouve maintenant dans un niveau d'eau bien plus bas qui fait qu'on peut marcher à peu près normalement.

Sinon, il y aura aussi, dans le désordre :

  • Une deuxième pause à base de boisson énergisante et de chocolat
  • La rencontre avec la charmante mascotte des lieux, l'anguille Cecil, systématiquement présente au même endroit depuis des années (c'est ce qui arrive quand t'es bloqué entre deux cascades... reste à savoir comment elle est arrivée là)
  • Un arrêt vidange puisque, point sur lequel ont bien insisté nos guides, la règle numéro un c'est pas de pipi dans la combi (quelle surprise !)
  • Un petit saut
  • Une pause shooter au pub du coin - bon, c'était virtuel tout ça, en simulant le verre avec un caillou...
  • ... mais ça a tout son sens puisqu'on a fait ça avant de s'engager dans une partie de la grotte qui portait un nom du style "ruelle des gros bourrés", un passage où le sol est bien accidenté et où tu vois pas grand chose à travers l'eau, ce qui fait que tu ne peux traverser l'endroit qu'en titubant.
  • Un choix final entre deux itinéraires pour rejoindre une des sorties - on a choisi le plus aventureux, qui nous a permis de terminer en escaladant quelques cascades... en escascadant devrais-je donc dire

Allez, je vous montre tout ça.

Voilà à quoi va ressembler le décor pour cette deuxième partie de l'excursion.

Par moment, comme vous pouvez le remarquer à notre démarche particulièrement élégante, c'est un peu casse-gueule !

Alors que revoilà les glowworms (et non, je bluffe pas)...

Un petit saut pour la route... c'est là que tu re-grottes de ne plus avoir de bouée !

A partir d'ici, on quitte la rivière principale pour s'engager dans un couloir parallèle et commencer à remonter... Ben oui, pour retrouver la surface, il va bien falloir remonter tout ce qu'on a descendu à coups de rappel, tyrolienne et toboggan !

C'est ce qu'on appelle avoir une démarche grott-esque !

Ca devient de plus en plus étroit...

...et de plus en plus bas de plafond aussi !

Et c'est parti pour une ascension de cascade ! Ca fait un peu bizarre quand t'es en bas, tu te demandes bien par où tu vas passer, mais avec les indications de la guide ça se fait très facilement.

Oh, Cecil ! On se demande bien comment tu es arrivée au milieu de cette grotte, Cecil-oin de tout !

Et l'ascension continue dans un décor vraiment très sympa

Mais j'y pense, c'est donc ça qu'on appelle l'agrottourisme ?

Oh, mais, mais... ça ne serait pas la lumière du jour que voilà ? Après tout ce temps passé uniquement éclairés à la lampe frontale et aux glowworms (puisqu'on coupait évidemment nos frontales dans les coins à glowworms pour mieux en profiter), ça fait bizarre !

Et oui, c'était bien la sortie ! Je regrotte déjà que ça soit terminé !

Nous reste alors plus qu'à sortir de la forêt et à retrouver la route où vient nous chercher un bus pour nous ramener à notre point de départ, où on arrive à peu près cinq heures après notre départ.

Là-bas, après avoir retiré nos combis et pris une douche bien méritée, on se fait offrir des bagels, tout ça alors que défilent déjà sur des écrans les photos de notre périple. La technique marketing est imparable !

En tout cas, c'était absolument génial cette excursion ! Ca restera un de mes moments préférés du voyage et je pense que c'est vraiment un truc à faire absolument lors d'un passage en Nouvelle-Zélande ! Même si les photos professionnelles que j'ai postées ici sont très jolies, ça ne suffit pas à rendre justice au "phénomène glowworms" vu sur place, c'est vraiment impressionnant, unique et ça a un côté assez magique. Avoir en plus le privilège (payé une certaine somme, certes) de découvrir ces charmantes créatures en petit groupe, notamment en flottant couché sur une bouée, sans lumière externe, quelques dizaines de mètres sous terre, c'est un gros plus. Et tous les bonus aventureux (rappel, tyrolienne et compagnie) sont aussi vraiment bien, tout ça encadré par une excellente équipe. Bref, foncez !

L'équipe de Black Water Rafting nous conduit jusqu'à notre hôtel, le Kiwi Paka Waitomo, à quelques minutes de là. On y retrouve notre guide-chauffeur de Kiwi Experience qui nous ouvre la soute du bus pour y retrouver nos bagages.

Entre le choix dortoir et chambre privée, je me suis à nouveau accordé le luxe de la seconde option. Hôtel très largement recommandable.

Voilà à quoi ressemblait (à peu près) ma chambre pour ces deux nuits
[source : hôtel]

A quelques mètres de l'hôtel se trouve un pub / restaurant, le Tomo Bar, qui sert de quoi bien manger pour un prix tout à fait raisonnable ainsi que, bien plus important, de la bière du coin, pas trop mauvaise.

C'est une soirée typiquement backpackers qui s'en suit, où la bière coule à flots et où on fait la connaissance de quelques autres voyageurs ayant choisi l'option de la voiture de location en solo.

La soirée se termine un peu abruptement quand le patron du bar se rend compte que certains des voyageurs ont apporté des gourdes remplies de leur propre alcool... C'est pas très malin de base, mais en plus les licences de vente d'alcool en Nouvelle-Zélande ont l'air assez strictes et avoir quelqu'un qui consomme de l'alcool pas acheté dans l'établissement a l'air d'être considéré de façon à peu près aussi criminelle que s'il y avait trois dealeurs qui violaient des enfants sur la terrasse (enfin, presque).

Résultat, quasiment tout le monde se fait foutre dehors et on se retrouve à être plus que trois à finir nos bières...

Finalement, on ira tous (y compris les nouveaux backpackers rencontrés) continuer la soirée dans la partie de l'hôtel réservée à Kiwi Experience, qui en plus des dortoirs a une grande pièce commune avec un billard. Bon, c'est écrit absolument partout que l'alcool y est interdit, mais il fallait bien terminer les parties de billard commencées au bar...

Après tout ça, je me sépare du groupe, puisque tous reprendront le bus demain matin déjà (je me demande d'ailleurs ce qu'ils sont devenus avec leur maudit !) alors que moi je passerai une nuit supplémentaire ici. Au programme de cette journée du lendemain : encore plus de grottes, mais que j'irai explorer de façon un peu moins aventureuses...


<-- Article précédent  |  Retour au sommaire  |  Article suivant -->

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *