Nouvelle-Zélande 2020 | J8 : Rotorua | Partie 2 (Wai-O-Tapu)

Avant de continuer mon chemin, encore quelques photos de ce magnifique point de vue.

Vu la direction du vent poussant la vapeur dans le mauvais sens, espérer mieux voir la Champagne Pool depuis ici est malheureusement... vin.

A noter que, sur la passerelle visible au loin à gauche, une personne est en train de prendre en photo ce qui doit être le mini Jean Batten Geyser, du nom d'une célèbre aviatrice de Rotorua, détentrice en 1936 du record du plus long trajet aérien en solo (entre l'Angleterre et la Nouvelle-Zélande).

Je continue de prendre des photos en espérant réaliser le cliché parfait qui me permettrait de déboucher le champagne, mais je crois que je pousse le bouchon un peu loin.

Allez, forêt-ster raisonnable, ça n'est pas aujourd'hui que je bois-rai le champagne !

Avant d'emprunter la passerelle traversant Artist's Palette, petit détour vers Te Waiāriki o Mahuika...

Apparemment par temps moins sec les "étangs" sont reliés entre eux par une jolie eau transparente couleur opale. Une fois encore, pas de chance. Si je veux voir des jolies couleurs, j'aurais meilleur temps de me rendre opal-masqué !

C'est parti pour la traversée d'Artist's Palette. Et vous ne pouvez pas dire que ma photo n'est panette.

En regardant dans l'autre direction, on voit que l'eau s'écoule en direction de terrasses. J'y passerai un peu plus tard. Pour le moment, je me concentre sur Artist's Palette - palettemps de parler d'autre chose !

Du coup retour sur une photo en direction de la Champagne Pool, dont curieusement on voit mieux les différentes couleurs depuis ici puisqu'elles se reflètent dans la vapeur.

La fin de la passerelle débouche sur un carrefour où se rencontrent quatre chemin. Celui dont je viens, un qui repart vers l'entrée du parc et deux autres menant et revenant de la deuxième boucle du chemin qui fait le tour parc. Je m'y engage...

Ca commence par une petite montée qui me permet encore un nouveau point de vue sur la Champagne Pool, toujours très en-vapeurisée. Quelle cra'pool !

Un peu plus loin, voilà un point de vue sur les terrasses via lesquelles s'écoule l'eau qui déborde de la Champagne Pool. Terrass'ailli après cette belle vue ?

De loin ça ressemble presque à une rivière, alors qu'il n'y a qu'une très fine couche d'eau suintant le long de la roche. Le débit dépend beaucoup du vent d'après ce que j'ai compris ; suivant sa puissance et sa direction, la Champagne Pool déborde en effet plus ou moins.

C'est vrai que c'est beaucoup plus joli de près, cela dit c'est quand même impressionnant de se dire que ces quelques 12'000 mètres carrés de terrasses (qui portent le nom de Primrose Terrace) ont été créées uniquement par les minéraux charriés hors de la Champagne Pool...

Prochaine étape, un point de vue sur la partie basse du parc. Simple, bassique.

On y trouve notamment ce lac, entouré de ce qu'ils appellent les Alum Cliffs, à savoir des falaises en alun. Peut-être qu'on trouve le même minéral alun-térieur du lac.

Le temps de descendre quelques marches et me voilà en bas de la Primrose Terrace, à un endroit qu'ils appellent Te Rere Ārai Mārena (les chutes de la mariée). Mais quel sera mon prochain arai ?

Justement, j'hésite un peu. C'est ici que les chemins de la deuxième et de la troisième boucle du parc se rejoignent. Sauf que les premiers mètres de la troisième boucle (situés entres les numéros 10 et 11 pour ceux qui ont encore le plan sous les yeux) sont fermés. Du coup aller visiter cette partie m'obligerait à faire un aller-retour au lieu d'une boucle et je suis pas sûr d'avoir assez de temps... Allez, je tente quand même !

A noter que la fermeture de ce chemin semblait dater d'il y a un moment déjà. Au moment où j'écris ces lignes (février 2021), Wai-O-Tapu est entièrement fermé pour rénovations, peut-être qu'ils travaillent notamment sur cet itinéraire.

Je descend vers la partie basse, en espérant que le temps qu'il me reste à disposition soit décent.

Arrivé en bas, découverte d'un paysage que je décrirais comme à la fois lunaire et humide. Si vous êtes pas d'accord, je vous laisse trouver humidée meilleure que ça.

Me voilà à l'extrémité du parc, au bord du Lake Ngakoro. Ou plutôt vert le Lake Ngakoro devrais-je dire.

C'est la première photo où on voit un peu de monde dessus, mais c'est surtout parce que j'ai bien recadré les précédentes. En effet, Wai-O-Tapu doit être le parc de curiosités géothermiques le plus visité du pays, devant Te Puia. Vu que les chemins sont assez étroits, ça bouchonne assez rapidement (c'était surtout le cas sur la troisième boucle). Rien de trop dérangeant cela dit, mais si vous avez envie d'une visite plus calme, je pense qu'il faut éviter la période 10h30-12h00, qui doit être la plus fréquentée puisque tous les touristes s'étant fait avoir par le Lady Knox Geyser arrivent dans le parc à ce moment.

Le cadrage est pas génial (je vous rappelle que j'étais un peu pressé), mais vous voyez en bas à droite une cascade. C'est en effet dans ce lac que se jettent la plupart des eaux thermiques du parc, y compris celles de la Champagne Pool j'imagine.

Allez, une dernière photo depuis un autre point de vue plus boisé, histoire d'avoir un dégradé (Patrick) de verts.

Je continue en direction de Sulphur Cave, une caverne recouverte de souffre.

Juste en face, la Oyster Pool, qui bubulle un peu. Mais j'ai pool-t'emps de m'attarder, je continue mon chemin.

A propos de chemin, c'est ici, à proximité des Alum Cliffs, qu'il est bloqué et ne va pas me permettre de boucler la boucle. Si vous observez bien, vous pouvez voir un toit qui dépasse en haut de la falaise - le point de vue où j'étais un peu plus tôt.

Encore quelques sources à voir (du nom de Papa Wera, c'est à dire chaud et plat) et c'est le moment de puiser dans mes re-sources pour revenir sur mes pas.


<-- Article précédent  |  Retour au sommaire  |  Article suivant -->

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *