Nouvelle-Zélande 2020 | J3 | Auckland –> Hot Water Beach & Cathedral Cove (partie 1)

Le départ d'Auckland est prévu ce matin à 8h30 à bord d'un bus de Kiwi Experience.

Je vous disais dans l'introduction que l'avantage de la Nouvelle-Zélande pour les "solo backpackers" c'est que deux (voire trois) compagnies de bus "hop on / hop off" parcourent tout le pays. Je vais commencer par parler de celle dont je voulais parler en disant "voire trois" : InterCity.

InterCity est une compagnie de bus qui couvre tout le pays, y compris un grand nombre d'attractions touristiques puisqu'elle est destinée aussi bien aux locaux qu'aux touristes. Vous pouvez acheter un billet pour un simple trajet ou, et c'est ce qui intéressera les voyageurs, acheter des pass.

Il y a deux types de pass. Le FlexiPass permet d'acheter un certain nombre d'heures de trajet utilisables pendant une année sur tout le réseau. Le TravelPass est lui basé sur des parcours pré-établis. Vous en choisissez un que vous pourrez parcourir dans le laps de temps que vous voulez. Que vous le complétiez en quelques jours en voyageant quotidiennement sur des longues distances ou que vous le fassiez en trois mois par courts tronçons et en passant plusieurs nuits à chacun de vos arrêts, peu importe, il doit juste être utilisé en moins d'une année.

Ces deux types de pass utilisent le réseau de InterCity, ce qui veut dire que vous voyagerez aussi bien avec des backpackers faisant le même type de voyage que vous qu'avec des locaux allant simplement d'un endroit à un autre.

Viennent ensuite les deux autres compagnies : Kiwi Experience et Stray. Les deux fonctionnent sur le même concept "hop on / hop off", assez proche du TravelPass de InterCity. Elles proposent également des offres de voyages guidés tout compris (comme des dizaines d'autres compagnies d'ailleurs), mais ça ça ne m'intéressait pas du tout.

 

Les deux compagnies ont des bus qui font un parcours autour du pays. Vous réservez un itinéraire (tout le parcours ou une partie de celui-ci, par exemple que l'île du sud, juste une boucle autour de Auckland ou un itinéraire allant de Auckland à Christchurch, quasiment tout est possible) suivant ce que vous voulez voir et, accessoirement, suivant le temps que vous avez à disposition...

Le parcours est découpé en différents tronçons. Comme avec le TravelPass de InterCity, à vous de voir comment vous souhaitez les parcourir : soit en les faisant à la suite, un chaque jour (et donc en bouclant le parcours en un minimum de temps), soit en choisissant de rester plusieurs nuits à certains endroits. Si vous souhaitez descendre quelque part au milieu d'un tronçon, c'est également tout à fait possible.

Théoriquement, vous pouvez réserver vos tronçons au jour le jour. En pratique, surtout en voyageant en haute saison (c'est à dire pendant notre hiver / leur été), il est fortement conseillé de réserver ses tronçons à l'avance pour éviter de rester bloqué à un endroit à cause de bus complets. A noter qu'en haute saison un bus parcourt chaque tronçon presque chaque jour alors qu'en basse saison il y en a moins régulièrement.

Mais qu'est-ce que ces deux compagnies ont de plus qu'InterCity ? Premièrement, puisque les bus sont entièrement dédiés à des backpackers comme vous, ils s'arrêtent aux points d'intérêts touristiques en chemin, par exemple pour passer quelques minutes à un point de vue ou pour faire une randonnée.

Le deuxième bonus c'est qu'à chaque lieu de fin de tronçon vous avez une place garantie dans le dortoir d'un hôtel partenaire. Vous avez le choix de payer et d'utiliser ce lit, sinon libre à vous de trouver votre propre hébergement.

Le troisième bonus c'est que ces compagnies de bus ont plein de partenariats pour de nombreuses activités sur le chemin, activités que vous réservez à travers elles. En plus de profiter de réductions par rapport aux tarifs publics, le bus s'arrangera pour vous déposer à l'heure prévue à l'activité et pour vous reprendre à la fin de celle-ci.

Le quatrième bonus c'est évidemment le chauffeur-guide du bus, pour ses commentaires, ses bons plans, ses talents de cuisinier certains soirs et plein d'autres choses.

Quelles sont les différences entre les deux compagnies alors ? Si vous faites une recherche en ligne, vous lirez à peu près partout la même chose : Kiwi Experience est un "party bus" avec des fêtards jeunes et majoritairement Anglais venant en Nouvelle-Zélande uniquement pour boire alors que Stray a des voyageurs plus internationaux et légèrement plus âgés qui, s'ils ne sont pas contre l'idée de faire la fête, s'intéressent également à visiter et à se retrouver hors des sentiers battus ("Off the beaten track" est d'ailleurs le slogan de l'entreprise). C'est un peu cliché, mais c'est le résumé que vous trouverez partout.

La deuxième différence, c'est la façon de réserver les tronçons, les hôtels et les activités. Kiwi Experience fonctionne à l'ancienne (réservations en amont par e-mail puis, une fois sur place, sur des feuilles que le chauffeur fait passer dans le bus) alors que Stray a une application qui vous permet de tout gérer depuis votre téléphone. C'est probablement l'application la moins ergonomique que j'ai vue depuis des années, mais c'est une application quand même.

La troisième différence, c'est la fréquence de passage. Comme je le disais, ça change entre la haute et la basse saison, mais Stray a une fréquence de passage globalement moins élevée que celle de Kiwi Experience, ce qui peut être un peu pénible (dans le cas où vous souhaiteriez passer deux nuits à un endroit mais vous retrouvez en fait à devoir choisir entre en passer une seule pour repartir le lendemain avec le même bus ou en passer trois pour attendre le bus suivant).

La quatrième différence, ce sont les itinéraires, même si les deux compagnies restent assez proches et passent par tous les "must do" du pays.

L'itinéraire de Kiwi Experience (en vert c'est le parcours de base, dans les autres couleurs ce sont des "extensions" du parcours)

Et celui de Stray

Comme vous pouvez le voir, sur l'île du sud l'itinéraire est le même (à l'exception des "villes étapes"), c'est sur l'île du nord qu'il y a quelques petites différences.

Mais alors, laquelle des trois compagnies j'ai choisi ? Ben... les trois !

J'étais largement plus attiré par Stray, mais mon problème c'est que je voulais absolument profiter de la région de Waitomo Caves (des grottes remplies de glowworms) en y passant deux nuits.

Kiwi Experience y passe et y fait étape - exactement ce que je voulais.

Stray y passe via une extension de son itinéraire (la boucle que vous pouvez voir sur la carte qui fait Rotorua --> Waitomo Caves --> Raglan --> Mount Maunganui --> Rotorua) mais n'y fait pas étape - c'est pas un problème, il y a quand même la possibilité de descendre du bus. Sauf que sur ce tronçon il n'y a que deux bus par semaine... Ce qui veut dire que si je descendais du bus à Waitomo Caves, je devais y passer quatre nuits en attendant le prochain bus, ce qui faisait un peu beaucoup. D'autant qu'après le bus Stray se rend à Raglan (la capitale du surf de la Nouvelle-Zélande) et y reste deux nuits. Ca aurait pu être sympa, mais si j'avais voulu faire du surf j'aurais eu l'occasion d'en faire en Australie. Bref, avec ce que propose Stray, mon souhait de passer deux nuits à Waitomo Caves me faisait rajouter une semaine à mon voyage...

Donc ce que j'ai fait c'est un mix. J'ai réservé l'itinéraire complet de Stray, à l'exception de leur petite extension Rotorua --> Waitomo Caves --> Raglan --> Mount Maunganui --> Rotorua (en profitant d'une offre lors du black friday, pour une fois que cette journée sert à quelque chose !). A côté de ça, j'ai acheté un petit itinéraire chez Kiwi Experience (Auckland --> Hot Water Beach --> Waitomo Caves --> Rotorua --> Auckland, ce qui correspond au parcours en forme de X visible sur la carte).

Tout ça m'a fait payer trois tronçons que je n'aurai pas utilisé (Auckland --> Hot Water Beach et Hot Water Beach --> Rotorua chez Stray ainsi que Rotorua --> Auckland chez Kiwi Experience), mais ça me revenait au final moins cher que d'autres solutions tout en m'arrangeant largement plus.

Quant à InterCity, je l'ai utilisé pour une seule étape, mais j'y reviendrai au moment venu.

Bref, tout ça (oui, j'en ai conscience, c'était un peu long, mais peut-être que ça pourra être utile à quelqu'un, va savoir) pour dire qu'au matin de mon troisième jour j'avais rendez-vous avec le bus de Kiwi Experience pour faire le tronçon Auckland --> Hot Water Beach !

Le programme du jour !

Ca n'est pas un des classiques bus verts de la compagnie qui m'attend, mais un bus passe-partout (j'imagine qu'en haute saison ils complètent leur flotte avec des bus de location)... et on peut pas dire que ce bus aura été une grande réussite, mais j'y reviendrai.

On embarque tous les passagers au fil de quelques arrêts à travers Auckland et, première surprise, à 25 ans je fais partie des plus jeunes du groupe, plutôt orienté trentenaires. Comme quoi les clichés sur Kiwi Experience rempli de jeunes fêtards de 18-20 ans ne sont pas toujours fondés !

On s'arrête au Auckland Domain, le temps pour le guide-chauffeur de nous expliquer comment fonctionne Kiwi Experience, de faire connaissance et de prendre le petit-déjeuner.

A propos du guide-chauffeur, si à peu près tous les autres que j'ai croisé durant mon voyage étaient géniaux, lui (dont j'ai oublié le nom) était assez mou et ne semblait pas vraiment ravi d'être là...

Après être sortis d'Auckland et avoir commencé à s'enfoncer dans la campagne, on arrive environ 1h30 plus tard à Thames, petite ville où a lieu l'arrêt supermarché. Et là, catastrophe, certains n'ont pas écouté (ou pas voulu écouter j'ai l'impression) l'heure de départ donné par notre chauffeur et sont revenus au bus avec plus d'une demi-heure de retard, après être allé manger bien tranquillement... Cela dit, et bien heureusement, en six semaines c'est la seule fois que des co-voyageurs ont manqué de respect vis-à-vis reste du groupe, c'est pas si mal comme score.

On peut pas dire que cette affaire ait amélioré l'humeur de notre chauffeur ! Et ça va pas s'améliorer puisque la route de Thames à Hot Water Beach tourne et monte pas mal, tout ça alors que notre bus semble souffrir de quelques problèmes techniques pas franchement améliorés par la chaleur. Résultat, il est arrivé 2 ou 3 fois que notre bus s'arrête en pleine route, dont une fois dans un joli virage de montagne bien serré où il a fallu une bonne dizaine de minutes et quelques douzaines de tentatives avant qu'il redémarre ! Quelques automobilistes se sont arrêtés et ont commencé à faire la circulation, bref, c'était un beau bordel.

Mais on finit enfin par arriver à notre hôtel (j'y reviendrai plus tard) à Hot Water Beach, avec cela dit un retard assez conséquent.

Hot Water Beach, c'est un endroit assez surprenant à marée basse, mais celle-ci n'est prévue qu'aux environs de 20h. En attendant, l'objectif c'est Cathedral Cove, une plage située près de Hahei, légèrement au nord de Hot Water Beach comme visible sur la carte.

Cathedral Cove n'est accessible qu'en kayak (une activité réservable via Kiwi Experience), en bateau-taxi ou à pieds depuis Hahei. Le kayak, je garde ça pour plus tard dans le voyage, je voulais plutôt le faire à pieds. Normalement, le bus de Kiwi Experience était censé nous déposer à Hahei après le passage par l'hôtel, mais entre le retard pris et le bus dans un sale état, notre chauffeur a pas l'air bien motivé...

Il se décide enfin et c'est vers 15h30 qu'on part depuis la plage de Hahei en direction de Cathedral Cove, une randonnée censée prendre environ une heure.

Après la première montée, vue sur la plage de Hahei d'où on est partis... ça vaut quand même plutôt la peine !

Ah ouais (ou plutôt Hahei, devrais-je dire...), c'est vraiment sympa comme endroit !

Et c'est plein d'arbres aussi, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour être un peu à l'ombre, vu que le soleil tape bien en ce 2 février...

2 février, ça veut dire que c'est le Super Bowl, que certaines personnes dans le groupe essaient de suivre tant bien que mal au vu du réseau disponible !

Et finalement, on re-descend un bon bout, avec un bon nombre de marches d'escaliers, et voilà où on arrive...

Cathedral Cove (ou Cathedr'Alcôve, comme vous préférez), enfin  !

Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est le genre de plage qui invite à la baignade...

La photo rêvée de toute Instagrammeuse, perchée sur son petit rocher (et en fond les bateaux qui amènent un beauta de monde)...

Et si on passait de l'autre côté de l'arche ?


<-- Article précédent  |  Retour au sommaire  |  Article suivant -->

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *